Médecine ayurvédique

Je vais vous parler de la médecine ayurvédique, qui est la médecine traditionnelle indienne ou Ayurvéda.

 

Qu’est ce que la médecine ayurvédique?

L’Ayurveda, “connaissance de la vie”, est l’ancien système de santé de l’Inde, décrit un concept complet de la vie.

La vie en Ayurveda signifie l’interaction du corps, de l’âme, de l’esprit et de l’environnement.

 

C quoi la médecine ayurvédique?

L’Ayurveda est le système de santé écrit de l’Inde, vieux de 3500 ans, qui décrit un concept complet de la vie.

L’Ayurveda peut être traduit par “connaissance de la vie”. La vie en Ayurveda signifie l’interaction du corps, de l’âme, de l’esprit et de l’environnement.

L’Ayurveda est un enseignement holistique basé sur les trois “Doshas” :

  • Vata,
  • Pitta
  • et Kapha,

C’est ce qui caractérisent les systèmes de régulation du corps.

Si les Doshas sont en équilibre, la personne est en bonne santé, leur déséquilibre (causé par le climat, les émotions, le mode de vie, l’âge, la nutrition, les prédispositions, etc.

L’Ayurveda repose sur la personne responsable qui comprend que la santé est un état pour lequel elle doit agir.

Le traitement se fait par le biais de :

  • une alimentation saine,
  • Remèdes à base de plantes,
  • Massages à l’huile sur tout le corps,
  • Bains de vapeur chauds,
  • Lavements, de saignées,
  • mais aussi d’exercices de yoga et de méditation.

 

Qui est médecine ayurvédique?

L’Ayurveda s’efforce de maintenir la santé des personnes en bonne santé et de guérir les malades par la connaissance approfondie :

  • de l’interaction harmonieuse du corps,
  • des organes sensoriels,
  • de l’esprit et de l’âme, 

À l’origine, l’aspect préventif était clairement au premier plan, ce qui est très important compte tenu du développement croissant des maladies.

Selon la croyance traditionnelle, les connaissances ayurvédiques ont été reçues il y a plusieurs milliers d’années lors d’une retraite méditative par les Rishis.

Les voyants de l’Himalaya ne sont donc pas le produit de l’activité intellectuelle humaine.

Au cours des siècles, des médecins célèbres ont contribué à l’expansion de cette médecine et à son adaptation aux besoins donnés.

Il y a déjà 3000 ans, une science médicale très développée existait.

Sushruta a décrit des méthodes chirurgicales qui sont encore utilisées aujourd’hui dans la chirurgie occidentale.

De même, il est aujourd’hui nécessaire d’adapter les lois naturelles décrites dans l’Ayurveda.

Avec les conditions socioculturelles modernes, nous pourrons d’obtenir les meilleurs résultats possibles.

 

En occident

Depuis des années, l’Occident est de plus en plus mécontent de l’impuissance croissante de la médecine moderne face aux maladies chroniques et fonctionnelles.

La division occidentale de la science a conduit au fil des ans à une médecine très orientée vers le physique et l’organique.

La science est divisé en un domaine “spirituel” et un domaine “scientifique naturel”.

Il n’est malheureusement souvent plus en mesure de considérer et de traiter l’être humain dans son ensemble.

 

La médecine ayurvédique, la science spirituel

L’Ayurveda, quant à lui, décrit une science holistique qui se compose :

  • de valeurs spirituelles grossières (physiques-matérielles),
  • subtiles (énergétiques-mentales) et impérissables.

La séparation de ces aspects individuels détruit fondamentalement la science holistique.

La connaissance de la vie saine et de la guérison a de nombreuses facettes dans l’Ayurveda.

La base de toute prévention en matière de santé est une alimentation et un mode de vie sains et adaptés à la constitution individuelle.

Sur cette base, de nombreuses mesures thérapeutiques sont administrées pour :

  • renforcer les fonctions corporelles
  • et équilibrer le stress psychologique.

Les domaines d’application sont la diététique, le massage et les soins corporels.

La médecine ayurvédique obtient des succès de traitement extrêmement impressionnants grâce à :

  • l’application holistique de procédures de désintoxication intensive (Panchakarma).
  • de thérapies internes et externes à base d’huile.
  • ainsi que de recettes sélectionnées et de procédures alchimiques avec des herbes médicinales,.
  • des substances animales et minérales.

 

 

Que signifie ayurvédique? 

Cela vient du principe de l’Ayurvéda, la médecine traditionnelle!

L’Ayurveda décrit :

  • les causes de la santé,
  • les symptômes de la santé
  • et les mesures qui maintiennent et favorisent la santé.

Il décrit également les causes, les symptômes et les possibilités de traitement des maladies.

Les connaissances sur la santé et la maladie de l’être humain se différencient par les trois aspects :

  • des causes (hetu),
  • des symptômes (linga)
  • et des mesures (aushadha),

Ils sont chacun liés à la santé et à la maladie de la personnalité individuelle.

Les définitions ayurvédiques de la santé et de la maladie sont remarquables.

Pour l’Ayurveda, la santé est plus que l’absence de maladie.

Le terme ayurvédique pour un état de santé est “svasta”.

C’es un terme sanskrit composé des deux mots “sva” et “stha”, qui signifient “soi” ou “rester” ou “habiter”.

Par conséquent, svastha fait référence à quelqu’un qui vit dans son propre moi.

 

Union de l’âme, esprit et du corps

Dans l’Ayurveda, la vie représente la manifestation de l’union interdépendante de l’âme (soi), de l’esprit et du corps.

Parmi ces trois, le corps et l’esprit restent toujours susceptibles d’être perturbés, tandis que l’âme en est toujours exempte.

Par conséquent, de ces trois niveaux, seul celui de l’âme est équivalent à la santé.

Lorsqu’une personne atteint ce niveau, elle jouit d’une santé et d’un bonheur absolus.

Bien sûr, cette définition représente un état idéal, ce qui semble hypothétique car c’est précisément le dernier point (le bonheur absolu) qui est si difficile à réaliser.

Mais les recommandations et les exercices holistiques de l’Ayurveda donnent à la personne une vérité

Etant donné qu’il s’efforce constamment une lente réalisation de ses véritables efforts et la rapprochent pas à pas du but.

La maladie est définie dans l’Ayurveda comme la dysharmonie de l’équilibre intérieur et le contact avec la douleur.

Ces affections peuvent être de nature physique ou psychologique.

Les facteurs étiologiques sont principalement l’utilisation excessive ou inappropriée des sens et des actions.

De même, les principales causes de toutes sortes de maladies sont dues à :

  • une mauvaise alimentation,
  • des habitudes de vie malsaines,
  • un stress excessif
  • et des facteurs climatiques et saisonniers 

À partir d’un certain point, tout cela représente une demande excessive pour l’organisme.

Ainsi cela conduit inévitablement à une perturbation des parties structurelles et fonctionnelles du corps.

 

Où est-elle utilisé?

Ainsi, la médecine ayurvédique peut être utilisée à la fois pour la prévention et la thérapie de la santé.

La différence réside uniquement dans l’intensité et le choix réceptif de son application.

Dans l’Ayurveda, une recommandation de vie saine et un traitement thérapeutique diffèrent toujours en ce sens que les mesures médicales sont toujours précédées d’un diagnostic détaillé.

Toutes les recommandations, prescriptions et instructions thérapeutiques sont principalement axées sur les maladies et leurs symptômes.

 

Causes et facteurs étiologiques des maladies

En tant que médecine holistique, l’Ayurveda oriente toujours son attention en premier lieu vers la reconnaissance des causes et des facteurs étiologiques des maladies (hetu).

Car ils veulent  les éliminer ensuite grâce à ses approches thérapeutiques holistiques.

Outre les causes spécifiques des maladies respectives, l’Ayurveda décrit les mécanismes de base par lesquels les maladies sont déclenchées.

Ces descriptions semblent assez générales à première vue, mais elles ont l’avantage de pouvoir s’appliquer à tout cas de maladie.

Ainsi, on peut dire de manière générale qu’une utilisation excessive peuvent entraîner des maladies dues à :

  • l’insuffisante ou erronée de l’esprit,
  • de la parole, du corps ou des sens
  • ainsi que l’expression excessive, anormale ou insuffisante des saisons et de leurs qualités.

Et inversement, le bon usage de l’esprit, de la parole, du corps ou des sens et l’expression normale des saisons favorisent la santé.

Concrètement, cela signifie qu’un grand nombre des conditions de travail et de vie de notre époque sont des causes distinctes de maladie.

Par exemple, l’observation excessive de petits objets, sont parmi les causes les plus fréquentes de maladie dans les troubles de Vata.

Ils sont déclenchés par : 

  • le travail à l’ordinateur,
  • ou la parole constante, exigée des enseignants,
  • des vendeurs ou du personnel de télémarketing,

Sans parler des dommages que les médias modernes peuvent causer avec leurs films d’horreur répugnants et leurs vidéos violentes.

 

L’esprit et les sciences humaines

Les nombreux voyages et les changements de climat et de saison qui en découlent.

ils ont des pilotes ou des gestionnaires actifs au niveau international, constituent également une grande contrainte pour l’organisme.

Ainsi, lors du choix des destinations de vacances et de voyage, il faut toujours tenir compte du fait qu’un changement extrême de climat et de temps.

Afin de compte, cela tend à rendre le corps malade plutôt que de le récupérer et de le détendre.

Les causes de maladie sont tout aussi importantes que les facteurs mentaux dans le développement des maladies et des plaintes.

D’une part, la pensée est toujours impliquée de manière significative dans le développement de la maladie.

 

La vision mentale

Les concepts de vie mentale conduisent à des habitudes pratiques et provoquent des actions qui peuvent à leur tour provoquer des maladies physiques.

En outre, les troubles mentaux sont généralement causés par une mauvaise pensée.

Si certaines images de la vie et certaines idées ne correspondent pas à la réalité, cela conduit à l’auto-aliénation et à des actions contraires à sa propre nature (prakriti).

Ce n’est pas pour rien que l’étude de la philosophie et des sciences humaines est l’une des principales matières de l’apprentissage de l’Ayurveda.

Grâce au bon fonctionnement de l’esprit, la vie peut être comprise dans toute sa vérité et ses liens de causalité et peut être modifiée si nécessaire.

Une mauvaise philosophie de la vie ne conduit pas seulement à la souffrance et au chaos, mais empêche également la guérison et le renouvellement de la vie au sens large.

 

 

Thérapie de la médecine ayurvédique

Le terme sanskrit pour désigner les mesures thérapeutiques est aushadha.

Ces mesures sont généralement divisées en deux catégories :

  • D’une part, des mesures visant à maintenir la santé,
  • d’autre part, des moyens thérapeutiques pour éliminer les maladies.

Fondamentalement, l’Ayurveda privilégie la prévention et l’intervention thérapeutique précoce.

Les mesures les plus importantes pour maintenir et promouvoir la santé sont :

  • la routine quotidienne pour maintenir la santé,
  • les mesures pour équilibrer les influences saisonnières
  • ou les recommandations pour prévenir le processus de vieillissement.

La bonne routine de vie (dinacarya) implique de vivre selon les rythmes normaux et naturels de la vie.

Cela inclut  :

  • un repos en temps utile,
  • un travail approprié dans les limites de nos capacités,
  • et aussi un sommeil et un éveil au bon moment,
  • la consommation en temps utile d’aliments de bonne qualité,
  • la non-suppression des pulsions naturelles
  • et un comportement émotionnel équilibré.

La nutrition fait également partie du dinacarya et comprend un extraordinaire concept d’Ayurveda.

Une alimentation saine nourrit raisonnablement les tissus du corps et fournit un matériau de base pour leur réparation et leur régénération.

Un régime alimentaire basé sur les principes ayurvédiques empêche également l’accumulation de déchets dans les tissus responsables du vieillissement.

médecine ayurvédique

 

L’approche de la médecine ayurvédique

L’Ayurveda adopte une approche très complexe des maladies et de leurs options de traitement.

Cela comprend non seulement des traitements rationnels, mais aussi certaines mesures inexplicables.

Avec ses formes de thérapie rationnelle, spirituelle et mentale, la médecine ayurvédique est capable de trouver une réponse à chaque maladie et au moins de réduire la souffrance qui lui est associée.

Le point central de chaque traitement est toujours l’être humain et non la maladie.

Même s’il souffre d’une maladie incurable, il y a d’autres domaines dans lesquels il peut recevoir de l’aide, des secours et une libération.

 

Les formes traditionnelles de thérapie

Les formes de thérapie traditionnelles et anciennes de la médecine ayurvédique sont principalement axées sur le traitement spirituel et mental.

Les initiés ayurvédiques de Vaidya travaillent dans la même tradition que les chamans.

Ils peuvent accompagner et guérir les gens sur leur chemin de vie dans toutes les cultures et à tous les âges, en lien avec le monde spirituel et visible.

Plus des deux tiers de la médecine ayurvédique sont déterminés :

  • par des formes de traitement de la thérapie spirituelle Devavyapashraya
  • et des formes de guérison spirituelle Sattvavajaya.
  • Les thérapies rationnelles Yuktivyapashraya, telles que la thérapie manuelle, le Panchakarma ou la phytothérapie, sont celles qui sont principalement associées à l’Ayurveda en Occident.

Leur approche de la guérison est particulièrement adaptée aux composants du corps altéré.

Il inclut les formes subtiles de thérapie à de nombreux niveaux dans l’exécution holistique.

 

Devavyapashraya Cikitsa

Les thérapies spirituelles sont utilisées pour traiter les personnes qui souffrent de maladies qui ne répondent pas aux traitements conventionnels.

Si la cause de la maladie se situe au niveau spirituel (traumatismes non traités, informations négatives de la part des membres de la famille décédés, karma, etc.), l’approche de devavyapashraya est très utile.

Il comprend des mantras, des prières et certains rituels destinés à intensifier les sentiments spirituels et les modes de pensée.

Il est difficile d’expliquer comment ces procédures aident au traitement.

Cependant, des choses similaires sont généralement pratiquées dans toutes les sociétés humaines.

En 1988, une étude a été menée par l’Université de San Francisco sur des patients d’une unité de soins intensifs coronariens pour examiner l’effet des prières principales.

Un protocole en double aveugle a été utilisé. En conséquence, le groupe de patients pour lesquels on a prié a montré moins de complications.

Ils ont nécessité comparativement moins de traitements, bien que tous les patients aient été cliniquement exposés aux mêmes conditions.

 

Sattvavajaya

L’esprit joue un rôle important à la fois dans la cause et le traitement des maladies.

Un rôle positif de l’esprit est utile pour un rétablissement rapide, tandis que la négativité accélère le processus de la maladie.

Le Sattvavajaya se définit par le retrait de l’esprit de ses objets nuisibles, tels que

  • la pensée négative,
  • les croyances négatives,
  • les souvenirs négatifs
  • et les mauvaises décisions.

Cela peut être réalisé par la méditation et la pensée yogique.

 

Yuktivyapashraya Cikitsa

C’est l’approche rationnelle qui est appliquée en fonction des composants corporels altérés, tels que les doshas, dhatus, upadhatus, srotas, malas, agnis et ama.

 

Trois approches des traitements ayurvédiques

1. éviter la cause (Nirdana Parivarjanam)

De nombreuses maladies peuvent être traitées en évitant les activités et le régime alimentaire qui ont un effet étiologique ou bénéfique sur la maladie.

Par exemple, une maladie très difficile telle que la migraine peut être traitée avec un succès considérable en évitant simplement les aliments acides, chauds et épicés (en termes de qualité).

 

2. le nettoyage (Samshodhanam)

Les techniques de purification de l’Ayurveda permettent d’éliminer les éléments nocifs du corps.

Par conséquent, elle comprend l’élimination des doshas par certaines techniques thérapeutiques ainsi que l’élimination chirurgicale de tout objet nocif du corps.

Grâce à la snehana (onguent) et à la svedana (transpiration), les doshas et autres facteurs nocifs sont mobilisés dans tout l’organisme et transportés dans le tube digestif.

De là, ils sont évacués du corps par les techniques de nettoyage du panchakarma.

 

3. les thérapies apaisantes (Samshamanam)

Il s’agit de thérapies apaisantes qui sont utilisées lorsque le patient est incapable d’effectuer le traitement samshodhanam.

Ils sont également utilisés après les thérapies samshodhanam.

Ils comprennent :

  • l’ahara (alimentation saine),
  • le vihara (activités saines)
  • l’aushadha (médicaments).

La principale source de médicaments de l’Ayurveda sont les plantes.

Des minéraux et des produits d’origine animale sont également utilisés, mais généralement après avoir été traités avec certaines plantes.

Dans l’Ayurveda, tout cela est un médicament qui guérit une maladie sans en provoquer une nouvelle.

Par conséquent, il n’existe rien au monde qui ne soit pas médicinal tant que vous savez l’utiliser.

 

Intégration et possibilités d’application de la médecine ayurvédique

Les méthodes de thérapie ayurvédique et les approches de traitement constituent un système autonome.

C’est avec lequel toutes les plaintes physiques et psychologiques peuvent être traitées de manière très douce et efficace.

L’Ayurveda connaît un succès particulièrement important pour toutes les maladies chroniques, végétatives et métaboliques telles que :

  • les allergies, les maladies de la peau,
  • les rhumatismes, les acouphènes et bien d’autres encore.

La combinaison de l’Ayurveda et de la médecine conventionnelle ou d’autres formes de thérapie est également très utile et est fréquemment utilisée dans la pratique.

Ainsi, les anciennes connaissances ayurvédiques sur la santé et la maladie humaines peuvent être intégrées au présent de la manière la plus polyvalente :

  • En tant que mode de vie sain, qui enrichit le quotidien de l’individu d’une manière joyeuse, sensuelle et énergisante,
  • et en tant que médecine holistique, qui traite toujours la personne dans son ensemble et pas seulement la maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *